Il y a une dizaine de jours, la NASA a rendu public un petit incident qui s’est déroulé à bord de la station spatiale internationale (ISS) : les astronautes ont détecté une légère baisse de pression provenant d’un minuscule trou de 2mm de diamètres situé dans la capsule Soyouz (alors arrimée à la station). L’astronaute Alexander Gerst avait alors fermé la fuite avec son simple doigt avant qu’un bout de scotch ultra-résistant ne bouche définitivement le petit orifice.
Le fameux trou qui a causé une légère baisse de pression dans la Station Spatiale Internationale
La NASA a lancé sa propre enquête afin de déterminer les causes de l’incident, et en a conclu que le trou provenait certainement d’une micro-météorite ou d’un minuscule débris en orbite. Les Russes se sont à leur tour penchés sur le mystérieux orifice, et sont parvenus de leur côté à un constat bien plus alarmant : le trou aurait été réalisé avec un outil de perçage, et des marques sur la coque indiqueraient que le responsable a du s’y reprendre à plusieurs reprises.
Dmitry Rogozin, patron de l’agence spatiale russe Roscosmos, n’hésite pas à évoquer la possibilité d’un sabotage, ce qui ouvre forcément la porte à de nombreuses questions : le perçage du trou a t-il eu lieu au sol ? S’agit-il du geste insensé d’un salarié en colère de l’Agence Roscosmos ? Y’a t-il un Astronaute fou à bord de l’ISS (rayez cette dernière mention) ? Toujours est-il qu’une nouvelle cargaison Soyouz doit rejoindre l’ISS le 11 octobre prochain, et que tout cela n’est pas très rassurant.