Le congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) a réagi à la décision de la justice ivoirienne de juger l’ex-ministre Charles Blé Goudé à Abidjan. Dans une déclaration à la presse, la formation politique de l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen  dénonce un acharnement politique contre son leader.
Charles Blé Goudé sera jugé par un tribunal criminel à Abidjan. C’est l’annonce faite par le procureur de la cour d’Abidjan mercredi 6 novembre dernier. Cette décision qui suscite des remous en Côte d’ivoire n’est pas passée inaperçue au sein du parti politique de l’ancien ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo qui y voit une « instrumentalisation de la justice à des fins politiques». « La sous-traitance du dossier Charles Blé Goudé ayant échoué à la Cour pénale internationale, le pouvoir ivoirien tente d’utiliser à nouveau l’appareil judiciaire pour faire aboutir son programme, son propre agenda politique. Charles Blé Goudé n’est pas poursuivi pour ce qu’il a fait, mais pour ce qu’il est. Nous pensons que Charles Blé Goudé est vu comme un adversaire redoutable » a regretté Dr Patrice Saraka, secrétaire général du Cojep.
Les faits dont il est accusé, « crimes contre des populations civiles » et « crimes contre des prisonniers de guerre », ont été requalifiés « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » depuis la récente réforme du Code pénal ivoirien. Pour son avocat, Me Clavaire N’dri, ces faits ont été abrogés et ne peuvent plus faire objet de poursuites. Ce que rejette amplement le procureur. Acquitté par la CPI, le filleul de Laurent Gbagbo ne rate aucune occasion pour afficher ses ambitions politiques. A moins d’un an de la présidentielle, l’ouverture de ce procès sonne comme une mise à l’écart d’un potentiel concurrent.
L’article Procès Charles Blé Goudé à Abidjan: le Cojep dénonce une instrumentalisation de la justice est apparu en premier sur BENIN WEB TV.


Thursday January 01, 1970