Cela fait un moment que plusieurs pays européens veulent sérieusement taxer les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). La France fait partie des pays qui sont pour la mise en place d’un accord, mais la tâche n’est pas aussi simple qu’on puisse l’imaginer.

Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, a évoqué ce sujet dans une interview avec l’AFP. « Il est fondamental que les grands groupes de la nouvelle économie payent leur juste part, là où ils créent de la valeur et des profits », a-t-il indiqué, précisant que les gros groupes payent peu d’impôts à ce jour. La Commission européenne a proposé une taxe de 3% sur le chiffre d’affaires. Des discussions sont en cours et un accord pourrait être trouvé d’ici les prochaines semaines. « Il est possible que nous ayons cet accord d’ici décembre. On va pousser, on va y consacrer beaucoup d’énergie, c’est jouable », indique le commissaire européen.
Les GAFA sont souvent pointés du doigt, mais Pierre Moscovici estime que le problème est plus important et touche en réalité 180 entreprises en rapport avec le numérique. Il ajoute que la taxe pourrait représenter des revenus de l’ordre de 5 milliards d’euros. Ça peut monter jusqu’à 8 milliards d’euros en réalité selon les cas.
Outre l’Europe, Pierre Moscovici dit vouloir porter ce problème à l’échelle mondiale. Mais il reconnaît qu’« on n’en est pas encore là ».