La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a tenu une audience publique ce jeudi 16 janvier 2020. Trois dossiers ont été évalués au cours de cette audience ayant conduit à la condamnation de 9 personnes poursuivies pour des faits d’escroquerie et complicité d’escroquerie pour d’autres.
La Criet a condamné 9 personnes ce jeudi pour des faits d’escroquerie par usage de moyens de communication électronique et de complicité d’escroquerie par usage de moyens de communication électronique. La Cour statuant publiquement et contradictoirement en matière correctionnelle en premier et dernier ressort, a condamné les neuf (09) personnes pour des peines d’emprisonnement ferme allant de douze (12) à quarante-huit (48) mois et à des amendes au profit du trésor public pour un montant total de quatre millions quatre cent mille (4.400.000) FCFA.
La Cour était composée de : Cyriaque Dossa, Président, Richard Limoan et Jean da-Silva, Assesseurs, Edwige Fifamè Aklou Tangni, représentante du Ministère public.
Des réformes en vue à la Criet
La Criet livre certainement ses dernières décisions en premier et dernier ressort. Le Gouvernement a transmis à l’Assemblée nationale un texte pour la relecture de la loi portant création, organisation et fonctionnement de la Criet. Cette relecture de la loi vise notamment à « affiner, d’une part, l’énumération indicative des infractions relevant de la compétence de la CRIET et, d’autre part, à instaurer le double degré de juridiction de jugement ».
Très critiquée à sa création, la Criet a vu le jour dans un contexte où le Gouvernement a affiché son engagement à lutter contre la corruption et le détournement de fonds publics. Cette Cour spéciale s’occupe aussi de la lutte contre la cybercriminalité qui est entrée dans sa phase active depuis quelques années.


Thursday January 01, 1970