Un jeune guinéen est décédé, jeudi 13 février, en Guinée-Conakry dans les violences entre manifestants de l’opposition et forces de l’ordre. Ceci porte à 29 le nombre de morts depuis le début des manifestations anti-Condé en octobre dernier.
Idrissa Barry, un collégien de 15 ans, a succombé à une blessure par balle des forces de l’ordre, ce jeudi, à Conakry, selon les membres de sa famille, cités par l’AFP.  « Mon frère est décédé des suites d’une blessure par balle dans la poitrine, tiré par un agent des forces de l’ordre qui l’a directement visé« , a déclaré un proche sous couvert de l’anonymat. Dans un communiqué, le front national de défense de la constitution (FNDC) a dénoncé une nouvelle fois la « répression sauvage des forces de défense et de sécurité qui ont tué par balle » le jeune homme et « fait plusieurs blessés, dont un par balle« . Depuis le début des manifestations contre le régime du professeur Alpha Condé, au moins 29 personnes, dont un gendarme, ont perdu la vie.
Le FNDC dénonce un projet de révision constitutionnelle qui ouvrirait la voie à un troisième mandat de l’actuel chef d’Etat. Dans ce climat de bras de fer, le gouvernement a appelé les citoyens aux urnes pour le renouvellement du parlement. Une élection couplée avec le vote référendaire et boycottée par les principaux partis de l’opposition. Dans un entretien, depuis le sommet de l’UA, Condé a estimé qu’une nouvelle candidature sera du ressort de son parti.


Thursday January 01, 1970