Alors que le sommet de Berlin en Allemagne doit avoir lieu dans quelques jours pour discuter du conflit libyen et obtenir un cessez-le-feu définitif, le Turquie décide de commencer le déploiement de ses troupes dans le pays.
Les forces turques vont commencer leur déploiement en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, le GNA, reconnu par l’ONU, a déclaré jeudi le Président truc, Recepp Tayyip Erdogan. Il a ajouté que la Turquie continuera à utiliser tous les moyens diplomatiques et militaires pour assurer la stabilité dans son sud, y compris en Libye, rapporte Arab News. Erdogan doit rencontrer dimanche les dirigeants de l’Allemagne, de la Russie, de la Grande-Bretagne et de l’Italie pour discuter du conflit libyen et tenter, avec eux, de trouver une solution durable et acceptable par les deux parties en conflit.
Des intérêts multiples
Selon Erdogan, le déploiement de ses soldats en Libye est pour soutenir un gouvernement qu’il considère être le seul légitime du pays. le GNA étant installé et reconnu par l’ONU. Cependant, plusieurs autres paramètres entrent en jeu. En effet, avec l’accord maritime signé avec Al Sarraj, le PM libyen, Erdogan a d’autres intérêts que la sécurité dans son sud. L’exploitation pétrolière est aussi l’une des raisons fondamentales pour laquelle la Turquie a intérêt qu’Al Sarraj et son gouvernement restent en place.
Mercredi, le Président Erdogan a également déclaré que la Turquie commencerait à accorder des licences pour l’exploration et le forage dans la Méditerranée orientale en 2020, conformément à un accord maritime avec la Libye. Il a déclaré que le navire turc Oruc Reis entamerait des activités sismiques dans la région. Cependant, avec les soutiens de taille dont dispose le Général Haftar, même la deuxième plus grande puissance de l’Otan n’arriverait pas à faire basculer le rapport de force en Libye. Aussi, la Turquie doit faire face aux tensions avec la Grèce et la Malte sur l’accord maritime avec Tripoli.


Thursday January 01, 1970