Reçu sur « Invité Afrique » de  Rfi, le président du parti Pastef/Les Patriotes Ousmane Sonko a abordé la relation France-Afrique qui est souvent critiquée ces dernières années par plusieurs courants politiques. Connu pour ses points de vue tranchants sur les sujets liant l’Afrique et la France, l’opposant sénégalais Ousmane Sonko s’en est pris à Emmanuel Macron qui évoque depuis quelques semaines, la montée d’un sentiment antifrançais en Afrique.
Au cours du dernier sommet de l’OTAN en 2019, le président français Emmanuel Macron s’est attardé sur le sentiment antifrançais qui aurait pris d’ampleur en Afrique en général et au Sahel en particulier. Le patron de l’Elysée s’est dit particulièrement préoccupé par ce sentiment qui selon ses propos, est souvent porté par des leaders politiques et qui ciblent les forces françaises au Sahel. A ce sujet, Macron a invité les présidents du G5 Sahel à Pau, pour qu’ils lui fournissent des réponses claires et précises sur le maintien ou non des troupes françaises au Sahel. Si les présidents du G5 Sahel ont opté pour le maintien des troupes françaises sur leurs sols, Ousmane Sonko conditionne son « oui » pour la continuité des relations bilatérales entre la France et l’Afrique. Pour lui, un changement de paradigme est inévitable.
Revenant à la déclaration du président Emmanuel Macron, l’opposant sénégalais soutient qu’il n’y a pas de sentiment anti-français en Afrique, mais plutôt un sentiment patriotique et panafricain: « Pour la France, il est temps d’écouter un peu plus les Africains et d’aller vers un changement du paradigme qui fonde leur relation. Il n’y a pas de sentiment anti-français, en réalité il y’a un sentiment patriotique et panafricain »,a-t-il déclaré avant de conclure:  » je crois que le président Macron a compris cela, j’ose espérer que cette dynamique va continuer ».


Thursday January 01, 1970