Alors que la tension monte en Syrie entre les forces militaires syriennes et turques, la Turquie menace de frapper fort. Face à cette réaction, la Russie a averti la Turquie, de ce qu’elle a appelé des commentaires provocateurs qui pourraient aggraver les tensions en Syrie.
La Russie a appelé la Turquie « à éviter d’être provocatrice et à exacerber les tensions à Idlib dans des déclarations sur les développements en Syrie », a déclaré, jeudi, Deutsche Welle Turkish. Selon le ministère russe des affaires étrangères, les commentaires de l’allié d’Erdoğan, Devlet Bahçeli, le chef d’un parti d’extrême-droite, dans lesquels il tenait les gouvernements russe et syrien responsables de la mort de soldats turcs dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, étaient incompréhensibles.
«La Russie n’est pas de bonne foi. Nous espérons que le gouvernement reconsidérera ses relations avec la Russie », a déclaré M. Bahçeli, mardi, lors d’une allocution devant son parti parlementaire. « Si nécessaire, la nation turque devrait envisager d’entrer à Damas », a-t-il déclaré, qualifiant le président Bashar Assad de meurtrier et de criminel. Treize militaires et un entrepreneur turcs ont été tués par des bombardements de l’armée syrienne dans la dernière grande enclave syrienne détenue par les rebelles, en une semaine. La Turquie accuse la Russie de ne pas avoir respecté les termes d’un accord de 2018 sur Idlib, en soutenant les efforts d’Assad pour récupérer la province des groupes djihadistes. Ankara a demandé à la Russie d’assurer le retrait des troupes syriennes des positions situées au-delà des postes d’observation turcs à Idlib, construits dans le cadre de l’accord de Sotchi.


Thursday January 01, 1970