Uber est dans la tourmente, encore une fois. Après des polémiques sur le statut de ses employés, le leader sur le marché de service de transports est au cœur de plusieurs plaintes pour attouchements et agressions.
Des mains baladeuses, des comportements déplacés, des cas d’agression s3xuelle, du harcèlement …. la société américaine de voiturage Uber est face à un scandale d’une grande envergure au sein de ses troupes. C’est ce que démontrent les nombreux témoignages affluant sous le hashtag #UberCestOver.
Les cas de clientes abusées ou violées part des chauffeurs de la compagnie sont loin d’être rares. Créé en réaction au témoignage d’une étudiante strasbourgeoise, le hashtag #ubercestover (Uber, c’est terminé) rassemble des centaines de récits d’agressions sexuelles survenues lors de trajets en VTC. Un hashtag qui sonne comme un gros ras-le-bol. Celui de centaines de femmes qui en ont marre de ne pas être écoutées. Ces femmes qui pensaient utiliser Uber pour rentrer chez elles en toute sécurité. Et pourtant !!!
Des témoignages glaçants
« Il [le chauffeur Uber] a commencé à poser sa main sur la mienne en la serrant très fort. Il l’a passée sur ma cuisse puis sur sa cuisse. J’ai tenté de le pousser avec mon sac. Avec mon autre main, j’essayais d’envoyer un message à une copine mais j’avais peur qu’il me voie et qu’il me prenne mon téléphone », racontre-t-elle aux Dernières Nouvelles d’Alsace.
Une autre jeune femme affirme avoir porté plainte contre un chauffeur « qui se touchait et [lui] demandait de regarder, en [la] traitant de chaudasse, enfermée dans sa voiture ». Une autre encore estime qu’un chauffeur l’a « agressée en [la] jetant par terre et en voulant [la] frapper » et qu’un autre l’a « enfermée dans sa voiture une heure »


Thursday January 01, 1970

Toi, @UberFr qui ne m'a pas aidée en juillet dernier, quand j'ai porté plainte contre ce chauffeur qui se touchait et me demandait de regarder, en me traitant de chaudasse, enfermée dans sa voiture. Quand allez vous agir et dénoncer ? #UberCestOver
— Camille Cutaïa (@Kam_Cut) November 21, 2019


Thursday January 01, 1970

Entre le uber qui m’a agressé en me jetant à terre et en voulant me frapper parce que j’avais trop bu, le chauffeur qui m’enferme dans sa voiture 1h pour que j’assume que j’avais 18 ans alors que j’en avais 16 et j’en passe. Autant dire #UberCestOver une bonne fois pour toutes.
— 𝕲𝖆𝖎𝖆 𖤐🦇🕷 (@resurrected_777) November 22, 2019

View this post on Instagram

coucou @uberfr, vous voulez toujours pas parler de vos chauffeurs agresseurs/violeurs multirécidivistes et du fait que vous les laissez en service, nous exposant toutes au pire? Mieux encore, vous répondez a rien et effacez nos commentaires? Nous prenons vos véhicules souvent juste pour se sentir en sécurité, et on risque ça, sérieux? Pas de souci, mais nous on va vous inonder en tout cas. On est des milliers, on a nos claviers, notre htag #UberCEstOver, et notre détermination. ✊🏼 @UberFR, il va falloir se justifier. (Tout est disponible en story et story à la une – n’hésitez pas à partager ce post avec le #UberCEstOver et tagger @uberfr)
A post shared by Anna Toumazoff (@memespourcoolkidsfeministes) on Nov 20, 2019 at 12:28pm PST


Thursday January 01, 1970

Violé en 2017 par un chauffeur Uber en présences ma fille de 8 ans. La justice a conclu à un non lieu!Merci à notre justice ou tant que tu n’es pas couverte de bleus ou morte il n’y a pas viol. Et merci à Uber de continuer de faire bosser ce genre d’ordures.#ubercestover
— rama ilda (@RamaIlda) December 2, 2019

TW VIOL
Procédure intransigeante vous dites @UberFR ??? Procédure intransigeante ?????????????
Vous êtes : complices de violS.
Ne me répondez vos conneries habituelles « notre priorité c’est la sécurité des usagers » je les ai assez lues. #UberCestOver pic.twitter.com/aK2Wz8R0tq
— Salomé ✨ (@_BlackPlant) November 22, 2019

 


L’article UberCestOver: Des femmes victimes d’agressions s3xuelles chez Uber racontent leur cauchemar est apparu en premier sur BENIN WEB TV.